Éditorial

Le Japon, un partenaire de choix pour Air Liquide

Air Liquide a une longue histoire au Japon qui remonte au début du siècle dernier. En effet, quand le Groupe s’implante au Japon en 1907, la société est encore ce qu’on appelle aujourd’hui une start-up. Cinq ans après sa création, Air Liquide a atteint l’équilibre financier et commence à se développer hors de France. Cette année-là, la marine japonaise adopte les techniques d’assemblage et de coupage à l’oxygène et l’acétylène, fournis par Air Liquide. Ainsi commence l’aventure japonaise du Groupe qui a été marquée, au fil des décennies, non seulement par un formidable essor économique, mais aussi par une solidarité forte dans les moments douloureux comme ce fut le cas lors du tremblement de terre en 2011. Plus de cent ans plus tard, le Japon demeure un partenaire de choix pour Air Liquide.

Certes, comme la plupart des pays développés, les industries manufacturières du Japon déplacent leurs bases de production vers les pays émergents. Mais son potentiel technologique et son évolution démographique en font un marché clef pour une entreprise comme la nôtre. Prenons la démographie. Le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques ainsi que les contraintes budgétaires des pouvoirs publiques présentent certes des défis mais aussi des opportunités. En 2050, les plus de 65 ans représenteront 40% de la population japonaise. Ce vieillissement aura également des conséquences sur la population active car, d’après des études récentes, entre 2010 et 2035, la population en âge de travailler se réduira de 20% au Japon. Parallèlement, on assistera à une hausse des dépenses de santé qui représentaient déjà 9,3% du PIB japonais en 2011. Dans ce contexte, l’offre hospitalière et celle de santé à domicile d’Air Liquide, qui proposent des solutions efficaces et efficientes, sont amenées à se développer dans les décennies à venir au Japon.

Le Japon est aussi un leader technologique reconnu dans la téléphonie, les semi-conducteurs, ou encore dans l’automobile. Ce pays a historiquement joué un rôle majeur dans l’innovation, notamment dans le domaine de l’électronique avec les PCs, les LEDs, les écrans plats ou encore les évolutions plus récentes en matière de miniaturisation et de mobilité. Dans le domaine de l’électronique, Air Liquide collabore étroitement avec les leaders de l’industrie des semi-conducteurs et les équipementiers, notamment au travers de sa gamme de précurseurs avancés (molécules utilisées pour le dépôt des couches critiques lors de la fabrication des composants électroniques). Le Groupe qui s’appuie sur sa présence mondiale lui permettant d’être au plus prêt de ses marchés et ses clients a ainsi fait le choix du Japon pour sa branche mondiale Électronique.

Air Liquide est également engagé dans la mobilité propre à travers la fourniture d’hydrogène pour les véhicules électriques à pile à combustible. Dans le cadre du plan de déploiement de 100 stations à hydrogène à l’horizon 2015 annoncé par le gouvernement japonais pour alimenter les véhicules électriques, Air Liquide prévoit de construire 20 stations à hydrogène au Japon d’ici 2015. Des initiatives de même nature se développent en Europe, notamment en Allemagne, en Grande-Bretagne et plus timidement pour l’instant en France.

Le Japon fut capital pour Air Liquide à ses débuts ; il le demeure pour son avenir. Nous partageons avec le Japon la culture de l’innovation et de l’engagement sur le long terme, qui sont des facteurs clés de succès. Je suis donc confiant dans la capacité du Japon, comme dans celle de la France et de l’Europe, à saisir les opportunités de croissance dans les marchés du futur. Et comme le disait l’écrivain français Georges Bernanos : « On ne subit pas l’avenir, on le fait ».

Benoît Potier est Président-Directeur Général d'Air Liquide

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Nos autres actualités

Aucune actualité disponible.