UL Premium Down Jacket

« Nous allons changer la manière dont les gens s'habillent l'hiver dans le monde l'hiver » : c’était la prédiction peu modeste d'Uniqlo en septembre 2012. C'est que la marque de prêt-à-porter la plus célèbre du Japon, et bientôt du monde, a une botte secrète. Après le blouson fleece (à fermeture éclair), après la gamme de sous-vêtements Heat-Tech (aux fibres intelligentes), voici venu le règne des Ultra Light Premium Down Jacket.
C'est le produit de la rencontre entre un géant du textile et un géant du matériau. Fast Retailing s'est une nouvelle fois associé au géant de la fibre Toray. Ce dernier retourne à ses premières amours : après le textile (pour le vêtement), il s'est reconverti dans la fibre de carbone (pour l’aéronautique), avant de revenir dans le vêtement grâce à Uniqlo. Mais ce produit est aussi le fils improbable d'une doudoune et d'un k-way. La première faisait rimer épaisseur et chaleur. Le second protégeait de la pluie, mais pas du froid. Uniqlo les a donc réconciliés depuis 2009 avec UL Premium Down jacket. Ces blousons épousent le corps sans déformer la silhouette grâce à une savante répartition du duvet. La chaleur est conservée grâce à un nylon ultra-fin, plus résistant que le coton et le polyester, qui permet d’obtenir le même niveau de protection contre le froid que les doudounes classiques, mais avec une couche de tissu en moins. Ce nouveau nylon développé par les deux partenaires assure au blouson sa flexibilité. Ces blousons sont facilement rétractables dans de petites housses grandes comme des gourdes. Et ils sont incroyablement légers : le poids d'une parka de femme taille L pèse 206 grammes, soit l'équivalent de trois œufs. Il y a trois ans, il y avait deux designs et dix couleurs différentes. Aujourd’hui, il y en a pour tous les goûts : cent modèles différents sont disponibles, pour hommes et femmes, le tout à des prix défiant toute concurrence (de 3990 à 7990 yens). Mais la concurrence, Uniqlo l'a tuée depuis longtemps. « Uniqlo vise treize millions de pièces vendues, dont 30% à l'étranger, pour l’automne-hiver 2012-2013 », explique Aldo Liguori, porte-parole de la marque. Un succès en demi-teinte, car il montre aussi que le groupe est devenu « saisonnier » : ses ventes sont principalement réalisées en hiver, pas en été, pointent les analystes du secteur.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Nos autres actualités

Aucune actualité disponible.