Wii U : Nintendo fait reset et recettes

400.000 machines vendues lors de la première semaine de commercialisation. La Wii U, dernière née de Nintendo, géant du jeu de Kobé, n'a pas raté son départ. Comme d’habitude, Nintendo avait choisi les États-Unis pour lancer son dernier produit (le Japon est le dernier marché de lancement, pour pouvoir garantir aux joueurs nippons des machines où les bugs ont été subis par les autres pays). Reste à voir si ce rythme se maintiendra. « Il y aura toujours des gamers pour se précipiter dans un magasin le jour du lancement d'une console », explique le représentant d'une entreprise européenne du secteur au Japon. En 2006, la Wii avait expérimenté les mêmes problèmes de succès. Nintendo s'était rapidement retrouvé à court de stocks, avant d'en vendre... cent millions, faisant de la Wii la console la plus vendue de tous les temps.
La Wii avait révolutionné le monde du jeu avec sa Wiimote, manette qui permettait au joueur de décupler son expérience en s'impliquant physiquement dans le jeu. Le jeu Wiisports, qui permettait des compétitions en famille et entre amis, à partir de son canapé, détient le record du monde de ventes de jeux. « Nintendo a des spécificités techniques peu impressionnantes par rapport à Microsoft et à Sony, et l'industrie estime que la Wii U est déjà dépassée. C'est, en réalité, un choix. Nintendo a toujours refusé « la course à l'armement » technologique que se livrent les constructeurs de consoles, stimulés par les exigences toujours croissantes des joueurs. Il se concentre sur le concept, ou sur l'expérience du joueur, exploitant des personnages jusqu’à la corde, comme Mario par exemple », explique notre industriel. La Wii U a au moins pour elle son gamepad, manette équipée d'un écran tactile et de nombreuses fonctionnalités nouvelles. Mais rien de révolutionnaire cette fois. Ce lancement donne en tout cas du baume au cœur à l'industrie de la console, totalement prise de vitesse par l'industrie du jeu en ligne. Ce dernier, souvent gratuit, simple, adéquat pour les gens trop occupés, explose tandis que le secteur traditionnel stagne. Nintendo a longtemps vu internet comme l'ennemi absolu de son modèle, et non comme une occasion de se renouveler. « Maintenant ils autorisent, sous des conditions strictement encadrées, la distribution de jeux par téléchargement. Avant, le joueur devait aller acheter son jeu dans un magasin », explique un développeur. La réponse de Microsoft et de Sony est attendue en 2013.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Nos autres actualités

Aucune actualité disponible.