Édito : Toutes nos félicitations

Edito

2018 n'est pas seulement l'année du centenaire de la Chambre de Commerce. C'est aussi l'occasion de se pencher sur une série d'implantations françaises réussies avec l'assistance du gouvernement ou de partenaires privés japonais. La liste depuis vingt ans est impressionnante.

C'est le français Pierre Hermé qui, voici vingt ans, ouvrit sa première boutique dans l'hôtel New Otani à Tokyo. Aujourd'hui il s'apprête à créer une nouvelle marque d'épicerie fine qui mettra en valeur les meil­leurs produits du Japon, ici et à l'étranger.

C'est son ami le français Bertrand Larcher qui, en 1998 encore, ouvrait sa première crêperie dans le quartier commerçant de Kagurazaka, première étape d'un réseau international d'établissements.

C'est le Français Renault qui, un an plus tard, entrait au capital du constructeur Nis­san pour le remettre en état de marche et fonder la formidable machine industrielle bicéphale qui, en 2017 serait assez forte pour racheter Mitsubishi Motors et donner naissance au premier constructeur auto­mobile mondial.

C'est le Français MCDecaux qui, un an plus tard, adaptait au Japon son modèle de gestion privée des réseaux d'abribus, soulageant les finances publiques en mo­dernisant le mobilier urbain des usagers japonais.

C'est le Français Veolia qui, deux ans plus tard, importait à son tour son modèle de concession privée des services d'eau au­près des communes japonaises, là encore libérant les budgets publics locaux en mo­dernisant les infrastructures concernées.

C'est le Français Michelin qui, en 2007, tirait des profondeurs cette Atlantide de la gastronomie que fut longtemps le Japon en accrochant au-dessus de son ciel ses fameuses étoiles. Depuis, les agences tou­ristiques (surtout étrangères) font revivre les territoires perdus du pays, dessinant de nouvelles routes touristiques, irriguant leurs hôtels, leurs restaurants, leurs bou­tiques de clients inespérés.

C'est le Français Vinci qui, depuis 2015, a doublé les recettes de l'aéroport du Kan­sai, y a ouvert de nouvelles routes (vers l'Australie, l'an prochain vers Londres), a remodelé l'espace duty free, amélioré l'accueil des voyageurs et a converti les in­frastructures aéroportuaires publiques aux méthodes de gestion modernes privées.

Ces quelques réussites durant ces vingt dernières années ne sont que les plus vi­sibles de centaines d'histoires d'entreprises françaises et étrangères. Il y a quelques jours, le Français Faurecia a annoncé in­vestir 1,1 milliard d'euros au Japon pour la prise de contrôle de l'équipementier Clarion. De nouvelles histoires, cette fois avec davantage de PME, s'écriront au cours des vingt prochaines années. Rendez-vous en 2038.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

France Japon Eco N° 158