Communication - Presse

Coupe du monde de rugby 2019 : la percée Frédéric Michalak

Frédéric Michalak

La légende de l'équipe de France de rugby accompagne la ministre française des Sports au Japon. Objectif : apprendre, prospecter, et préparer l'avenir

Préparatifs

« L'an dernier les Japonais ont fait match nul, 17-17, avec l'équipe de France, en France. Ne vous y trompez pas : ils sont bons, et ils feront une belle Coupe du monde » : l'homme qui parle, c'est Frédéric Michalak. Le meilleur buteur de l'histoire du rugby français, retraité depuis un an, est venu à Tokyo dans un pack d'accompagnateurs de la ministre des Sports. Objectif de la mission : préparer le terrain (gazonné) pour la Coupe du monde de rugby en France en 2023 et les Jeux Olympiques à Paris un an plus tard. Avec un surprenant parallélisme, le Japon vivra pendant les deux prochaines années ce que la France vivra quatre ans plus tard, enchaînant les deux mêmes rendez-vous mondiaux.

Frédéric Michalak est un des ambassadeurs de France 2023. I est venu échanger avec le monde du rugby japonais. Notamment Takuro Miuchi, capitaine de l'équipe du Japon lorsque l'équipe française (où jouait... Frédéric Michalak) l'écrasa 51-29 en 2003. « Les jeunes joueurs japonais sont très différents de ceux de ma génération. Ils pensent par eux-mêmes », assure le Japonais. « Je suis persuadé qu'ils atteindront les quarts de finale », affirme Frédéric Michalak. Pour la première fois la Coupe du monde de rugby se déplace en Asie, et espère y convertir un continent entier. En 2016, le géant du commerce en ligne chinois Alibaba avait annoncé un investissement de 100 millions de dollars dans le ballon ovale.

Innovation

L'ancien demi d'ouverture court un autre lièvre au Japon. Il est l'un des organisateurs de Sport Unlimitech, un salon international qui rassemblera les acteurs les plus innovants du sport, pour lequel il rencontre des acteurs de l'innovation technologique, japonais et coréens. « Pour l'instant chaque sport a sa rencontre, mais il n'existe pas d'événement transversal dans lequel se côtoient toutes les disciplines et les métiers, et qui a pour objet l'innovation. Le sport est un secteur où la technologie n'a finalement pas beaucoup pénétré » explique un des cadres de Sport Unlimitech. Le chantier est immense, de la puce au stade connecté, de l'électronique à la chimie.  « Nos maillots comportaient des puces GPS à partir desquelles le staff recueillait énormément de données utiles pour mesurer le niveau de fatigue du joueur, son entraînement, etc. », se souvient Frédéric Michalak. La première édition aura lieu au stade Gerland à Lyon du 19 au 21 septembre - au moment du match France-Argentine à Tokyo, "mais que nous comptons bien regarder pendant le forum", assure un des organisateurs. Ces derniers visent 120 exposants et 10.000 visiteurs pour leur première édition. Avant une édition de Sport Unlimitech au Japon ? FJE

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

France Japon Eco N° 157

Fermer