Actus des entreprisesNouveaux membres

Couplay : la pétanque au cœur

Le jeu de boules, Pascal Burgos s’y adonne depuis qu’il a 5 ans. Et c’est une histoire de famille : son père avait même remporté Le Mondial la Marseillaise à pétanque, le plus grand tournoi du monde avec plus de 10 000 joueurs de tous niveaux. 


Pascal Burgos avait mis cette passion de côté, jusqu’au jour où se promenant dans le quartier de Takarazuka, il a aperçu des Japonais s’adonner à la pétanque. Le démon l’a vite repris et, très rapidement, il a gagné ses galons de champion au sein des plus grandes compétitions nationales. « Cela m’a permis de me faire connaître au Japon et d’y devenir une référence », explique Pascal Burgos.


Il décide alors de faire de cette passion un projet professionnel et commence à importer du matériel de pétanque de la marque marseillaise La Boule Bleue, dans les années 1990. En parallèle, il promeut le jeu de boules grâce à des démonstrations, ou la participation à des salons liés aux activités outdoor. Il commence également à vendre via les magasins Sun Lucky, qui restent aujourd’hui son plus gros client. Les amateurs sont intéressés par la qualité de ses produits, mais il lui faudra attendre plusieurs années avant de voir son commerce prospérer. La pétanque n’étant pas un sport majeur au Japon, comme peut l’être le baseball,  plusieurs associations/fédérations régnaient sur les compétitions, imposant des règles strictes sur le matériel. C’est suite à l’instauration d’une fédération unique,  que Pascal Burgos noue un partenariat avec la marque Obut et ouvre son magasin à Osaka. Couplay est aujourd’hui l’un des plus gros importateurs de la marque. « Le plus gros en Asie-Pacifique, assurément », affirme Pascal Burgos.

Couplay vient de « Cou », une ancienne marque de pétanque, et de play, pour le jeu.  « On m’avait aussi dit que les marques en 3 sons/katakana réussissaient bien, je l’ai cru », s’amuse aujourd’hui Pascal Burgos. Le jeu reste en effet au cœur de l’activité de la société. Son fondateur multiplie les événements dans les écoles, l’université, les lycées, avec les associations et les autorités françaises. Lorsque Carrefour opérait encore au Japon, il avait réussi à s’y faire référencer et à organiser chaque année des démonstrations devant les magasins. 


Son objectif est aujourd’hui de mieux et plus largement faire connaitre la pétanque dans l’archipel. Il mise beaucoup sur les Jeux Olympiques de 2024 : si la France les organise, il y a une chance pour que la pétanque  devienne un port olympique. La candidature a été lancée et le dossier est très sérieux. « Cela permettrait sans conteste de populariser sa pratique au Japon, j’y crois très fort », conclut Pascal Burgos.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin