Actus des entreprisesNouveaux membres

Ekohe : le digital version stratégie, design et technologie

Ekohe est né à Shanghai, d’un travail de free-lance d’étudiant qui a « trop » bien marché. Venu dans le cadre d’un programme avec l’Ecole Centrale, Maxime Guilbot a terminé son master en Chine, avant de commencer son activité d’entrepreneur. Au moment où internet était déjà mûr et où les startups commençaient à fleurir, son activité a rapidement fait boule de neige.

La particularité d’Ekohe est de proposer des applications web et mobile, optimisées par des stratégies digitales, un design et des technologies de pointe. « Nous fournissons des produits fonctionnels, bien au-delà de simples supports de contenus », précise Maxime Guilbot, PDG. Dès 2007, Ekohe se spécialise sur Ruby on Rails, une technologie de développement d’applications web, mais aussi une méthodologie très prisée des startups à succès. Et la stratégie s’est avérée payante. Ce choix a attiré beaucoup de clients, notamment hors de la Chine. Tout d’abord des startups, ce qui a permis au fil du temps d’accumuler une expérience pointue de ce genre de projets. « Travailler pour des petites structures demande beaucoup d’agilité et de flexibilité : il faut être proactif, réactif et très à la pointe pour leur imaginer des solutions sur mesure que nous pourrons développer de bout en bout jusqu’aux futures extensions », explique Maxime Guilbot.
Ce sont ces mêmes méthodologies qui font aujourd’hui le succès d’Ekohe auprès de clients institutionnels et corporatifs. En 2008, la société remporte un gros contrat avec le diffuseur hôte de la Coupe du Monde de football. Celui-ci récupère toutes les vidéos tournées pour les retransmettre en live sur les chaînes du monde entier. Ekohe a développé un système et une plateforme logistique sur mesure pour encadrer les retransmissions depuis la capture des images, jusqu’aux facturations et au planning des équipes. « Le cahier des charges a changé jusqu’aux derniers jours avant le lancement de la Coupe : dans l’urgence, nos expériences avec les startups nous ont beaucoup servi ! », raconte Maxime Guilbot.

Progressivement, l’équipe s’est agrandie. Elle compte aujourd’hui 30 personnes dans le monde, dont la majorité à Shanghai, mais aussi deux personnes à Paris et Vancouver, pour les clients locaux. Tokyo a ouvert en janvier 2015 et est le dernier-né de leurs bureaux. Leur expertise s’est également diversifiée en termes de domaines (éducation, médicale, musique, publicité sur internet, finance), mais aussi de terminaux, avec le lancement de produits pour iPhone et Android. « Notre modèle est assez unique, peu d’agences rassemblent les différentes compétences (designers, ingénieurs, project-manager), pour développer et accompagner ce type de produits digitaux : nous en sommes assez fiers », conclut Maxime Guilbot. Avec le récent lancement de la French Tech Tokyo, voilà une filiale qui ouvre à point nommé !

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin