Energie: paroles d'experts

Energie: paroles d'experts

Alain Dardy
ENERGY POOL

Notre solution d’effacement d’électricité durant les pics de consommation devait initialement servir une fois tous les dix ans en cas d’urgence ; elle a été activée treize fois en hiver la première année ! Les opérations à l’été 2018 et 2019 ont permis d’effacer 500 mégawatts, soit l’équivalent de deux grosses centrales à gaz. Aujourd’hui le Japon est, avec la France, un pays prépondérant pour Energy Pool. Notre solution est de plus en plus attractive pour le Japon car elle introduit de la fl exibilité dans la gestion de l’électricité ; or cette fl exibilité est d’une grande valeur pour mieux introduire des sources renouvelables dans le « mix » énergétique.

 

Francis Cholley
SAINT GOBAIN

Le bâtiment est le seul secteur dans lequel la consommation d’énergie augmente au Japon. Le cadre réglementaire sur le sujet demeure trop peu incitatif pour atteindre le niveau d’autres pays. En 1999 le Japon a publié une norme incitative qui devait devenir obligatoire en 2020 ; mais son caractère obligatoire a finalement été reporté sine die au motif que les petits acteurs n’étaient pas prêts. Si en France les maisons neuves seront toutes à énergie positive à partir de fin 2020, seules un tiers des maisons au Japon se soumettront à des normes aussi contraignantes. L’isolation au Japon pourrait progresser sur l’argument de son impact bénéfique sur la santé.

 

Jean-François Rebeille
ENGIE

Le Japon a d’énormes gisements d’économies d’énergie intéressants pour Engie en amont et en aval. En amont, il utilise encore beaucoup les énergies fossiles, notamment le charbon. Le Japon compte d’importants groupes miniers pour lesquels se désengager complètement et rapidement de ce secteur est délicat. En revanche le Japon compte « verdir » ses techniques d’extraction (l’industrie minière est très énergétivore), par exemple en utilisant de l’hydrogène produit à partir de renouvelables. L’hydrogène justement, thème clé pour le Japon, est aussi un sujet prioritaire pour Engie. Enfin la création récente d’une société commune entre Engie et le leader de l’éolien flottant EDPR nous permet de répondre aux appels d’offre japonais de ce secteur.

 

Ryoko Aoyagi
SCHNEIDER ELECTRIC

Électrique, numérique, décarboné et décentralisé : tel est le nouveau monde de l’énergie dans lequel Schneider Electric prend toute sa place. Les entreprises recherchent de plus en en plus l’efficacité et la durabilité énergétique ; nous développons pour eux des solutions. Au Japon, où nous sommes présents depuis 1962, nous offrons notre gamme de services pour les centres de données, l’industrie et l’infrastructure. Nous nous appuyons, comme partout ailleurs, sur des partenaires locaux au Japon. Nous sommes enthousiastes sur le secteur des micro-réseaux (nous en avons posé 130 dans le monde), très utiles pour conserver le courant en cas de catastrophe naturelle type typhon ou séisme.

 

Vincent Sommier
AIR LIQUIDE

Le coût de l’hydrogène devient compétitif dans notre monde, qui veut se désaccoutumer des énergies fossiles. Le Japon est à l’avant-garde de cette technologie. Il a organisé son développement sur trois piliers : les industriels développent des solutions de mobilité, les pouvoirs publics pilotent l’infrastructure, et le ministère de l’Industrie équilibre les relations entre les deux premiers. Ainsi le pays compte-t-il parvenir à des volumes suffisants pour atteindre la rentabilité économique, et remplacer les sources actuelles de l’hydrogène (du gaz ou des sous-produits de la pétrochimie) par des sources renouvelables. Air Liquide, depuis 112 ans au Japon, a accompagné les révolutions industrielles précédentes du pays ; elle accompagnera celle-là.

 

 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Nos autres actualités

Aucune actualité disponible.