Incontournable gala

Le rendez-vous annuel de la communauté d’affaires franco-japonaise a été un nouveau succès
.

La popularité du gala annuel de la chambre de commerce ne faiblit pas. L’édition du 4 novembre, à l’Hôtel Ana Intercontinental de Roppongi, a une nouvelle fois marié élégance et affabilité, affluence et intimité. On reconnaissait parmi les 786 invités Thierry Dana, Ambassadeur de France au Japon, Yuko Nakagawa, Vice-Ministre de l’Agriculture, Masako Mori, Sénatrice et ancienne Ministre, Takeshi Maeda, Sénateur et ancien Ministre, Monsieur Arnaud Vaissié, Président du réseau CCIFI - Chambres de commerce et d’industrie françaises à l’International. Chaque année, la CCIFJ met la barre un peu plus haut en proposant une soirée toujours plus féerique et pleine de surprises.
Pour la seconde fois, Pierre Gagnaire, le célèbre chef étoilé, a mis son talent au service du Gala de la Chambre. Le menu spécial qu’il a concocté pour les convives a enchanté tous les palais, tant français que japonais. D’un velouté de foie gras au Curry de Madras, à un croquant glace au citron et sa marmelade de pamplemousse et ananas au Sauternes, il a fait voyager les sens des convives à travers le monde. Chaleureux et accueillant, il est allé à la rencontre des invités pour les saluer dans la salle. Point d’orgue de cette soirée, le concert dirigé par Yannick Paget a ravi l’auditoire. Sous la direction du jeune chef, le French Tokyo Orchestra a repris des classiques du répertoire français, tel queL’Hymne à l’Amour ou Carmen. Ces versions réorchestrées par Yannick Paget ont conquis le public qui les a reprises en chœur. Les invités ont été saisis par la sublime voix d’Anne Rodier, soprano lyrique venue spécialement de France pour ce concert exclusif. Puissante et douce, elle a su reprendre avec talent ces airs célèbres comme s’ils étaient chantés pour la première fois.

Outre la tombola et ses lots prestigieux, de nombreuses animations ont égayé la soirée. À l’accueil, Pepper, le petit robot interactif développé par la start-up française Aldebaran et “adopté” par Softbank, recevait les convives avec bonne humeur. Malicieux, il a répondu à leurs questions et leur a proposé de prendre des photos avec lui. Les invités se sont prêtés au jeu du purikura en posant devant des décors français (le Mont St Michel, la Tour Eiffel) dans un photomaton disposé à cet effet. Dans la salle, un magicien circulait entre les tables, médusant les invités par ses tours astucieux. Sur scène, la troupe Ogetsuriu a impressionné par son maniement artistique du sabre. 

La soirée s’est achevée sur la remise des lots aux heureux gagnants. Les premiers prix avaient de quoi faire rêver : voyage en classe affaires, nuits dans des hôtels prestigieux, maroquinerie de luxe et coffrets de caviars... encore une fois, les généreux sponsors du Gala ont fait de cette tombola de la CCIFJ un moment mémorable. De nombreux autres gagnants sont repartis comblés, les bras chargés de lots fabuleux. 


La CCIFJ remercie chaleureusement tous les partenaires sans qui le succès de cette soirée n’aurait été possible.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Nos autres actualités

Aucune actualité disponible.