Le règne des machines

Les distributeurs automatiques sont des acteurs capitaux de la distribution au Japon      

Indispensables machines
« Ma femme m’a appelé en colère. Elle marchait dans Paris, voulait un Coca-Cola et ne trouvait aucun distributeur automatique dans la rue. Elle a trop vécu au Japon ! », s’amuse un résident français de longue date à Tokyo. Les machines automatiques font partie du paysage moderne des villes japonaises. Elles sont partout : dans les rues, sur les quais des gares, dans les bureaux et dans les restaurants. Les chantiers ont même leurs distributeurs éphémères, installés le temps de la construction d’un immeuble ou même parfois d’une maison.
L’Archipel compte plus de cinq millions de distributeurs automatiques, soit un pour 24 habitants. Selon l’association des fabricants de machines JDMA, c’est le ratio le plus élevé au monde. La vente en distributeurs représente 7% de la distribution hors magasin. Ce canal a la même importance que le téléshopping pour le Japon. L’importance des machines est un reflet de deux forces du Japon : la sécurité, et la logistique. Les machines se transforment en gigantesques tirelires pleines de cash chaque soir, sans un vandale à l’horizon. En été, le stock des machines est renouvelé jusqu’à trois fois par jour. Une organisation impensable en France.

Une mine d’innovation
Boissons, cigarettes, journaux, jouets sont les principaux produits écoulés par les machines automatiques. La moitié du parc de machines est composé de distributeurs de boissons. Le champion de cette sous-catégorie est Coca-Cola, avec plus d’un million de machines installées dans l’Archipel, avant les opérateurs Suntory, Asahi et Ito-en. « Ce qui est passionnant, c’est que ces machines associent des acteurs de l’équipement électronique et des distributeurs. Elles sont bourrées d’innovation. Les derniers modèles sont équipés d’écrans qui peuvent reconnaître le genre du client et lui proposer des produits selon qu’il est une femme ou un homme » s’enthousiasme Florence Bossard, d’Evian, dont on trouve les bouteilles dans le réseau d’Ito-en. Les machines automatiques sont aussi d’excellents supports publicitaires. Elles ont été critiquées après Fukushima pour leur consommation d’électricité. Depuis, Coca-Cola a développé des machines capables de fonctionner seize heures par jour l’été sans électricité.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Nos autres actualités

Aucune actualité disponible.