Actus des entreprisesNouveaux membres

Maison Landemaine : la boulangerie pâtisserie côté passion, tradition et ambition !

A l’origine de Maison Landemaine, deux boulangers passionnés : Rodolphe Landemaine et Yoshimi Landemaine Ishikawa. Rodolphe Landemaine est originaire de Mayenne. Il a appris les bases des métiers de boulanger et de pâtissier au Ceproc, à Paris, puis avec les Compagnons du Devoir, et enfin au sein des maisons les plus réputées : Pierre Hermé (alors chef Pâtissier de Ladurée), Paul Bocuse à Lyon, le restaurant gastronomique Lucas Carton (aujourd’hui Senderens), l’hôtel Bristol ou encore le traiteur Raynier-Marchetti. Yoshimi Landemaine Ishikawa est Japonaise. Au moment de leur rencontre, elle avait déjà à son actif deux écoles à Hiroshima ainsi qu’une boulangerie artisanale. Elle était consultante et démonstratrice pour un groupe de meunerie japonais et pour différentes affaires à Paris, promouvant depuis plusieurs années les échanges entre la France et le Japon autour de la boulangerie-pâtisserie. Depuis 2007, ils ont ouvert ensemble 10 boulangeries à Paris et en région parisienne, deux autres sont déjà en projet. Chacune propose un large choix de pains et de viennoiseries, mais aussi de restauration à emporter (quiches, sandwiches, salades, boissons chaudes et froides).
Leur énergie commune les pousse aujourd’hui en dehors des frontières de l’hexagone : depuis 2010, une Ecole de formation, l’Ecole Levain d’Antan, a ouvert ses portes au cœur de Tokyo. En 2015, c’est une nouvelle boutique qui a été inaugurée dans le même quartier d’Azabu Juban. « Je l’ai choisi car la Tour de Tokyo n’est pas loin, elle me rappelle la Tour Eiffel ! », explique Yoshimi Landemaine Ishikawa.

Le secret de leur succès : des ingrédients de la meilleure qualité comme des farines Label Rouge, et du beurre AOC pour les pains et les viennoiseries, mais aussi des produits frais de saison pour leurs pâtisseries et la restauration à emporter. « Notre levain est maison et nous privilégions une fermentation lente. Tout est cuit sur place », précise Yoshimi Landemaine Ishikawa. L’autre axe de leur stratégie est de maintenir des prix raisonnables. « Nous sommes une boulangerie française, nous vendons des croissants pas des produits de luxe », plaisante Yoshimi Landemaine Ishikawa. Le calcul s’est avéré payant : la boulangerie ne désemplit pas et le laboratoire de production arrive au maximum de ses capacités. Yoshimi Landemaine Ishikawa rêve déjà d’un nouvel espace pour accueillir son école et un laboratoire agrandi, mais aussi de nouvelles boutiques hors de Tokyo, notamment à Kobe, la Mecque japonaise de la pâtisserie.

Pour en savoir plus : cliquez ici.


Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin