Actus des entreprisesNouveaux membres

Paraboot, une marque française et familiale intemporelle qui séduit les Japonais

Paraboot

Quelques jours après l’ouverture de la quatrième boutique de la marque, nous avons rencontré Hervé Saporis, directeur commercial et marketing de Paraboot, lors de son séjour au Japon.

Paraboot, c’est avant tout une longue histoire familiale qui a débuté en 1908 et qui doit son succès à un cordonnier isérois. Avide de voyages, il décide de se rendre au Brésil et aux Etats-Unis, sans connaissance de la langue. Là, il réalise que le caoutchouc est utilisé pour fabriquer des « boots » et, à son retour, il décide de remplacer les traditionnelles semelles de bois par des semelles en caoutchouc. Il emprunte alors le concept de vulcanisation du caoutchouc (que l’on doit à M. Goodyear) et lance sa marque Paraboot, « para », nom du port brésilien d’où est exporté le caoutchouc et « boot », en référence aux chaussures américaines. Il peaufinera au fil des années sa technique. 

Le modèle « Michaël », le plus connu, a été créé en 1945 et perdure encore aujourd’hui de manière légendaire. « Une photo de classe d’Emmanuel Macron, portant ce modèle, a d’ailleurs été retrouvée. » s’amuse Hervé Saporis.

Paraboot a su, au fil des années, déployer son image en France – une nouvelle usine, plus grande et plus moderne a d’ailleurs vu le jour en début d’année – mais également à l’étranger.

Paraboot au Japon : décryptage d’un succès croissant

Hervé Saporis nous explique avec passion et minutie les nombreux processus techniques qui font, de ces modèles, des chaussures résistantes et agréables à porter. Si Paraboot est aujourd’hui un incontournable emblème français de la chaussure pour de nombreuses générations de Français, il faut savoir que la marque s’est exportée au Japon il y a près de 28 ans.

Ces chaussures, utilisables par tous les temps – chaudes en hiver, anti-transpirantes l’été, imperméables lors de fortes pluies – ainsi que leurs formes assez courtes, qui conviennent à la morphologie des Japonais, ont rapidement séduit la clientèle nippone. Leur authenticité, la qualité des matières et la fabrication française en font également des références incontournables, malgré un prix plus élevé que dans l’hexagone, qui ne rebute pas pour autant la clientèle. La marque vend également des chaussures avec semelles en cuir ainsi que des modèles féminins.

Après l’ouverture d’une boutique dans le temple du luxe, Ginza 6, en avril dernier, la marque poursuit sa croissance avec l’ouverture d’une quatrième boutique, inaugurée il y a quelques jours, à Sapporo.

En plus de ces 4 boutiques, les chaussures Paraboot sont également distribuées dans près de 300 points de vente au Japon.

« La marque réalise près de 50% de son chiffre d’affaires à l’export et le Japon compte pour une bonne part » nous assure Hervé Saporis, pour qui le Japon est un vrai marché porteur et créateur de tendances. « Aujourd’hui, les Japonais dictent la mode et s’affichent sans complexe avec sandales aux pieds. Les chaussures à semelles épaisses, qui avaient disparu des dressings au profit de fines chaussures, refont leur apparition, et cela pour notre plus grand plaisir. Nous pouvons également nous permettre quelques excentricités ici, qui plaisent aux consommateurs » nous confie Hervé Saporis.  

La marque espère poursuivre son développement au Japon dans les années qui viennent, avec, pourquoi pas, l’ouverture d’autres boutiques.

Plus d’informations : http://m.fr.paraboot.com/accueil

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin