Actus des entreprises

Robot-taxi : un robot français fait la navette au Japon

Le premier robot-taxi sera lancé ce mois-ci dans un parc de la préfecture de Chiba. Il fera la navette jusqu’au Mall Aeon, tous les jours, de 10 h à 17 h. Le robot-taxi est fabriqué par EasyMile, une joint-venture créée par les entreprises françaises ; Ligier et Robosoft afin d’associer leur savoir-faire dans les domaines des véhicules légers électriques et de la robotique.

Robot taxi est une solution de transport écologique, sans conducteur « prévue pour de courtes distances ;le dernier kilomètre » précise Jean-Marc Desvaux, responsable Communication et Marketing Asie pour EasyMile. Il peut évoluer sur route, si une voie lui est dédiée, mais pour le moment, l’idée n’est pas de lui faire côtoyer les voitures avec conducteurs. « Robot-taxi roule à une moyenne de 12 à 20 km/h. Son domaine de prédilection serait plutôt les environnements à faible densité de véhicules : les campus, les aéroports, ou encore les business centers par exemple ». Au-delà de cette première cible, c’est aussi aux problématiques liées au « désenclavement des personnes isolées ou à mobilité réduite et aux adultes de plus en plus nombreux à repousser le passage du permis de conduire que pourrait répondre le Robot-taxi ».

Le Japon valorise particulièrement la robotique

« Le marché japonais est important pour nous ; pour sa densité de population et le potentiel d’un pays de plus de 127 millions d’habitants d’une part, mais c’est aussi un pays qui valorise particulièrement les activités liées à la robotique ». Pour sa distribution, EasyMile s’est attaché les services de DeNA. La société tokyoïte, « est notre distributeur pour le marché japonais. Ils font la vente et le déploiement. Il faut bien garder en tête que c’est un vrai projet informatique. Il y a tout un travail de support logiciel qui accompagne la mise en place ». Pour le moment, les Robot-taxis sont fabriqués en France et expédiés au Japon. Le produit est déjà pleinement fonctionnel et sa mise en service a déjà débuté. La commercialisation à une échelle industrielle est envisagée pour d’ici 5 à 10 ans. « A ce moment-là, nous fabriquerons probablement nos produits directement sur le sol japonais ». 

 



Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin