Vies des membres

Services 
AGS Four Winds tisse sa toile à Tokyo 

Le spécialiste du déménagement international a ouvert une antenne à Tokyo. Entretien avec Ben Garcia, directeur de la filiale japonaise.

Pourquoi avoir ouvert au Japon ?
Nous avons travaillé pendant trente ans avec d’excellents partenaires, mais la mondialisation nous a forcé à prendre le contrôle de nos opérations au Japon. Ce pays est une partie importante de ce monde. Nous sommes très près de nos clients afin de leur garantir le meilleur déménagement possible, donc la tranquillité d’esprit pour mieux travailler.

Le marché du déménagement a-t-il changé ces dernières années avec la tendance des entreprises à employer de plus en plus de cadres « locaux » ?
Les entreprises essaient de plus en plus de recruter leur personnel localement. Mais en vérité elles ont toujours besoin d’expatriés pour gérer leur développement à l’étranger. Les entreprises japonaises, qui se lancent aujourd’hui dans la mondialisation, envoient beaucoup d’expatriés à l’étranger.

Les entreprises japonaises représentent-elles une nouvelle clientèle pour vous ?
Oui. Elles veulent devenir plus globales et recruter davantage de talents dans le monde entier.

Font-elles confiance à un nouveau venu comme vous ici ?
Les relations sont très importantes dans ce pays, et les entreprises préfèrent travailler avec leurs fournisseurs habituels. Cela dit, toutes les entreprises, japonaises et étrangères, s’orientent désormais vers des « apporteurs de solutions » comme nous. C’est pourquoi la clientèle japonaise représente parfois 30 à 40% de nos ventes mensuelles.

AGS apporte-t-il un service différent de celui d’une entreprise japonaise ?
L’expérience client est totalement différente de celle de nos concurrents.  

Quel est le concept de « carton de première nécessité » ?
C’est un carton que nous nous efforçons de vous livrer en priorité. Il contient tous les articles importants pour notre client.







Automobile
Peugeot Citroën à l’assaut des routes japonaises

Le 31 mai, Citroën a tenu son DS day dans le magnifique temple Zôjôji à Tokyo. Une centaine de DS occupaient l’espace, rappelant l’indéniable succès de cet increvable modèle. Citroën a vendu 5000 DS en quatre ans. « Sur le marché japonais, en diminution constante du fait de la baisse de la population constante, deux segments voient leurs ventes encore en hausse : les petites voitures japonaises k-cars, et les voitures importées », explique Kunihisa Ueno, président et directeur délégué de Peugeot Citroën Japon. Cet engouement pour les voitures étrangères (+16,1% de vente en 2013) devrait profiter au constructeur français cette année. Que ce soit Peugeot, très reconnue (400.000 accès par mois sur le site web japonais de la marque), plutôt féminine et « branchée » ; ou Citroën, mythique, au passé prestigieux. Les deux marques se complètent. « En marketing, Peugeot c’est la France, Citroën c’est l’originalité », résume Kunihisa Ueno. Cette année, grâce à la sortie de modèles prometteurs, le constructeur pourrait franchir la barre des 10.000 véhicules vendus.





Ecologie
Schneider Electric toujours vert !

Schneider Electric a réuni à Paris fin juin les douze équipes finalistes de sa compétition Go green in the city. Le principe : faire plancher des étudiants du monde entier à un concours de bonnes idées pour imaginer la gestion énergétique de la ville de demain. Avec ce concours, « le groupe montre aux étudiants « futurs experts » que le monde franchit actuellement une étape décisive où tous les acteurs doivent rechercher des moyens efficaces et novateurs pour diminuer la consommation énergétique. Et cela tant pour des raisons économiques qu’environnementales » explique Schneider Electric sur son site web. Ce concours connaît une popularité grandissante auprès des étudiants. Les équipes sont composées de binômes comportant au moins une femme. Cette année, une équipe japonaise de l’Université d’Hokkaïdo (nord du Japon) est venue à Paris pour apporter sa contribution intellectuelle au débat. Les deux lauréats remportent un tour du monde des sites de Schneider Electric. Une offre d’emploi au sein de l’entreprise leur est également proposée. À bon entendeur...





E-commerce
Glamour Sales se renforce 
en Chine

Glamour sales est né au Japon et ne cesse de se développer en Asie. Le site de ventes privées de luxe en Chine et au Japon a annoncé avoir obtenu un investissement de 65 millions de dollars du groupe hongkongais Chow Tai Fook et de la banque Investec. « Notre société continue à connaitre une croissance significative tous les trimestres et ce partenariat ne fera que conforter notre position sur le marché avec une croissance estimée à 92% sur les 4 dernières années. Glamour Sales devrait expédier 2,4 millions de colis aux foyers japonais et chinois en 2014 », a confié à la CCIFJ Alain Soulas, cofondateur de Glamour Sales.
« Cela représente un grand pas en avant pour Glamour Sales. Nous sommes en outre ravis de nous associer à une célèbre famille asiatique et à un investisseur financier international. Chow Tai Fook Enterprises est synonyme de luxe et de succès pour tous les Chinois. Nous espérons une croissance fulgurante pour Glamour Sales à travers ce partenariat », a déclaré pour sa part Olivier Chouvet, cofondateur de Glamour Sales.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Nos autres actualités

Aucune actualité disponible.