Secteurs & marchés

Voitures importées : 2018 sur les chapeaux de roues

Voitures importées : 2018 sur les chapeaux de roues

Bon cru

Nouveau millésime exceptionnel pour les automobiles importées au Japon. En 2018, les marques étrangères ont vendu 309.405 véhicules au Japon (+1,1%), dépassant pour la seconde année consécutive la barre des 300.000 unités. Parmi les marques françaises, Peugeot a tiré son épingle du jeu : la marque au lion a vu ses ventes grimper de 20% pour établir un plus-haut de douze ans. Les modèles 3008 et 5008 ont été plébiscités (+50%). Citroën n'est pas loin derrière (+13%). Renault de son côté affiche une progression très modeste (+1,9%), mais se distingue par le lancement réussi de la mythique Alpine, désormais disponible dans quatorze points de vente dans l'Archipel.

Ces chiffres montrent plusieurs choses. D'abord que le Japon est un marché de plus en plus ouvert aux marques étrangères : celles-ci représentent aujourd'hui 7% des ventes totales d'automobiles au Japon. Il y a dix ans, elles en vendaient deux fois moins.

Explication techno

En présentant cette progression le 21 janvier, Kintaro Ueno, président de JAIA, l'association des importateurs automobiles, a avancé une explication essentiellement technologique : les marques étrangères ont introduit des technologies de connectivité, notamment des systèmes d’appel d’urgence 24 heures sur 24, de commande à distance de véhicules par smartphone (verrouillage à distance des portes, aide au stationnement...), des services d’assistance au conducteur, des technologies de sécurité avancées (assistance au changement de voie, direction d'urgence automatique, vision nocturne), enfin de nouveau modes de propulsion. « En outre, les marques étrangères ont élargi et enrichi leurs gammes de produits, y compris les SUV, afin de répondre aux divers modes de vie et aux besoins de leurs clients », a précisé Kintaro Ueno.

Mais cet engouement a des racines plus profondes. « Le marché automobile se divise en deux : les voitures utilitaires, comme les kei-cars japonaises, pratique et bon marché ; les voitures élégantes, pour le plaisir de conduire, au design innovant par exemple. À cette aune, les voitures étrangères et notamment françaises ne peuvent que devenir populaires » raisonne Guillaume Gérondeau, directeur principal, Transportation & Mobilité Asie pour Dassault Systèmes. Le marché japonais est d'autant plus important pour les constructeurs étrangers qu'il permet à ses heureux entrants de dégager d'excellentes marges : « à catégorie égale, un véhicule importé se vend nettement plus cher qu'un véhicule japonais. Malgré les volumes faibles, le marché japonais est très important pour les marques étrangères », observe un industriel du secteur. En dépit de la hausse de la TVA anticipée en octobre, 2019 se présente comme une bonne année, selon JAIA FJE

 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

France Japon Eco N° 158