Actus des entreprisesNouveaux membres

YKI Patent Attorneys : mandataire pour le dépôt de marques et de brevets au Japon et à l’étranger

YKI Patent Attorneys est un cabinet mandataire officiel exerçant au Japon dans les domaines de la propriété intellectuelle : des brevets, du design, des marques ainsi que les problèmes liés aux noms de domaine et à la contrefaçon. Il a été fondé en 1977 et dispose aujourd’hui de trois bureaux à Tokyo et à Osaka. « Nous avons 25 conseils qui travaillent au cabinet, 21 sont dédiés aux brevets et 4 aux marques. Nous avons également une équipe de traducteurs, ce qui nous fait un total de 90 collaborateurs » précise Emi Ashihara general manager, trademark Group du cabinet.

 

Dépôt de marques et de brevets au Japon et à l’étranger
Le cabinet répond à différents besoins : « Nous pouvons représenter des entreprises dans leurs démarches de dépôts de brevets et de marques au Japon. Nous servons également d’intermédiaire et mettons notre réseaux de mandataires internationaux aux service d’entreprises qui chercheraient à s’implanter sur un marché à l’étranger ».

Spécificités du Japon dans le droit lié à la propriété intellectuelle

Le Japon possède certaines spécificités qui peuvent parfois échapper aux entreprises européennes. Ainsi, par exemple, lors du dépôt de marque, « il faut bien comprendre que la structure de la langue n’est pas la même et que cela influencera la prononciation et la graphie du nom de la marque. Il est donc préférable que ce nom soit déposé non seulement en romaji mais aussi katakana ». Si ce n’est pas fait, « le propriétaire s’expose au risque de voir une autre marque apparaître sous le même nom, en Katakana, sans pouvoir s’en défendre ».

Un réseau international de mandataires

Lorsqu’une marque cherche à s’internationaliser et à intégrer un marché étranger, il est courant que celle-ci se tourne vers son cabinet local. « Dans ces cas-là, nous confions le dossier à un mandataire implanté dans le pays visé ». Dans ce cas précis l’image et la réputation du cabinet qui est en jeu, aussi, pour s’assurer que le cabinet met ses clients entre de bonnes mains. « Il nous faut entretenir et développer un réseau de mandataires international, habilité à exercer sur les territoires concernés ». Ici, précise Emi Ashihara, « la confiance et le professionnalisme du mandataire auquel nous confions nos clients est primordial ». Ainsi,malgré l’ère des e-mails et de la communication à distance, le cabinet YKI se déplace énormément, rencontre de nombreux professionnels et entretien des rapports durables avec ceux auxquels elle pourrait être amenée à mettre ses clients en contact. « Dans notre domaine, la confiance est importante, les rapports humains et le réseau le sont tout autant ».

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin