Faurecia joue du Clarion

Faurecia joue du Clarion

L’ÉQUIPEMENTIER ACQUIERT UN DES LEADERS MONDIAUX DE L’ÉLECTRONIQUE EMBARQUÉE. ET RENFORCE LA PRÉSENCE DES ÉQUIPEMENTIERS FRANÇAIS AU PARADIS DE L’AUTOMOBILE

ACQUISITION

141 milliards de yens, ou 1,2 milliard d’euros. C’est la somme mise sur la table par l’équipementier français Faurecia pour prendre le contrôle de Clarion. Un investissement gigantesque dans l’Archipel qui rappelle à quel point le Japon demeure en pointe dans l’équipement automobile.

Clarion spécialiste japonais de l’électronique embarquée, était un des fleurons du conglomérat Hitachi. Il a été agrégé par Faurecia à deux autres sociétés, Coagent Electronics et Parrot Automotive (également récemment acquises par Faurecia), pour former une nouvelle activité baptisée Faurecia Clarion Electronics. Celle-ci, basée à Saitama (banlieue de Tokyo), est forte de 9200 employés (dont 1650 ingénieurs logiciels). Elle devrait permettre au groupe français de devenir un leader mondial des systèmes électroniques du cockpit.

DEMAIN

De quoi s’agit-il ? Faurecia se prépare aux voitures autonomes et connectées de demain. Certes, ces voitures mettront des années avant d’achever leur popularisation. « Une autonomie dite de niveau 5, complète, nécessite un surcoût de 70.000 euros par voiture » expliquait Patrick Koller, directeur général de Faurecia, lors de son passage récemment à Tokyo. Mais l’autonomisation est une certitude. Or dans les véhicules autonomes, les cockpits offriront aux passagers, affranchis de la conduite, les mêmes divertissements que ceux disponibles dans le salon de leur appartement : films et jeux sur commande, gestion ultra-fine de la température intérieure, systèmes de sécurité reliés à l’infrastructure routière… « Les fonctionnalités d'acoustique, de confort et de sécurité seront combinées et adaptées au profil du conducteur grâce à des algorithmes et à de l'intelligence artificielle. Nous avions besoin d'un électronicien comme Clarion pour intégrer ces systèmes » estime un représentant de Faurecia. Avant de laisser entrevoir les services offerts par la voiture de demain : parking automatique du véhicule à l’extérieur, système d’alerte contre l’assoupissement dans l’habitacle, offre de services audio haut de gamme… Les deux entreprises se combinent merveilleusement. Faurecia est très bien implanté en Europe et en Amérique du Nord, tandis que tout le monde connaît Clarion au Japon. Si Nissan est le client principal de Clarion, Faurecia espère aussi renforcer sa présence chez Toyota, Honda ou Suzuki avec cette acquisition. L’enjeu est de taille : le marché du cockpit représentera 91 milliards de dollars d’ici 2030. Outre Faurecia, Hyundai, Samsung, Calsonic Kansei, Visteon, Harman, Continental présentent déjà leurs propres solutions pour le cockpit de demain.

HITACHI POURSUIT SA MUE

Avec la vente de Clarion, le conglomérat Hitachi poursuit sa restructuration pour se concentrer sur l’infrastructure et l’automatisation. Selon la presse japonaise il compte céder bientôt sa branche chimie au plus offrant. Et ce n’est qu’un début : fort (ou plutôt faible) de 900 entreprises, il n’en comptera plus que 500 dans quelques années estime son pd-g Toshiaki Higashihara. Conglomérat longtemps en crise, symbole d’une industrie manufacturière japonaise trop dispersée pour être leader dans aucun secteur (à l’inverse d’un GE ou d’un Philips par exemple), Hitachi semble désormais sur la voie du rétablissement. Son président Hiroaki Nakanishi a mis la gouvernance de groupe au niveau de ses concurrents étrangers en quelques années. Il dirige aujourd’hui le la fédération patronale Keidanren.

JAPAN DISPLAY, NOUVEAU PARTENAIRE DE FAURECIA

Les visiteurs de l’édition 2019 du Consumer Electronics Show de Las Vegas, Mecque de l’innovation électronique, ont pu admirer une création commune de Faurecia et du fabricant d’écrans nippon Japan Display (JDI) : un écran de 82 centimètres de diagonale intégré à une planche de bord modulable en fonction de l’usage de la voiture. « En mode conduite, l’écran sert à afficher les informations routières ainsi que les messages de sécurité. En mode autonome, il se transforme en grand écran de divertissement », ont expliqué les deux partenaires dans un communiqué de presse. Faurecia et JDI mettent au point les écrans embarqués de demain.

Faurecia joue du Clarion

Faurecia joue du Clarion

L’ÉQUIPEMENTIER ACQUIERT UN DES LEADERS MONDIAUX DE L’ÉLECTRONIQUE EMBARQUÉE. ET RENFORCE LA PRÉSENCE DES ÉQUIPEMENTIERS FRANÇAIS AU PARADIS DE L’AUTOMOBILE

ACQUISITION

141 milliards de yens, ou 1,2 milliard d’euros. C’est la somme mise sur la table par l’équipementier français Faurecia pour prendre le contrôle de Clarion. Un investissement gigantesque dans l’Archipel qui rappelle à quel point le Japon demeure en pointe dans l’équipement automobile.

Clarion spécialiste japonais de l’électronique embarquée, était un des fleurons du conglomérat Hitachi. Il a été agrégé par Faurecia à deux autres sociétés, Coagent Electronics et Parrot Automotive (également récemment acquises par Faurecia), pour former une nouvelle activité baptisée Faurecia Clarion Electronics. Celle-ci, basée à Saitama (banlieue de Tokyo), est forte de 9200 employés (dont 1650 ingénieurs logiciels). Elle devrait permettre au groupe français de devenir un leader mondial des systèmes électroniques du cockpit.

DEMAIN

De quoi s’agit-il ? Faurecia se prépare aux voitures autonomes et connectées de demain. Certes, ces voitures mettront des années avant d’achever leur popularisation. « Une autonomie dite de niveau 5, complète, nécessite un surcoût de 70.000 euros par voiture » expliquait Patrick Koller, directeur général de Faurecia, lors de son passage récemment à Tokyo. Mais l’autonomisation est une certitude. Or dans les véhicules autonomes, les cockpits offriront aux passagers, affranchis de la conduite, les mêmes divertissements que ceux disponibles dans le salon de leur appartement : films et jeux sur commande, gestion ultra-fine de la température intérieure, systèmes de sécurité reliés à l’infrastructure routière… « Les fonctionnalités d'acoustique, de confort et de sécurité seront combinées et adaptées au profil du conducteur grâce à des algorithmes et à de l'intelligence artificielle. Nous avions besoin d'un électronicien comme Clarion pour intégrer ces systèmes » estime un représentant de Faurecia. Avant de laisser entrevoir les services offerts par la voiture de demain : parking automatique du véhicule à l’extérieur, système d’alerte contre l’assoupissement dans l’habitacle, offre de services audio haut de gamme… Les deux entreprises se combinent merveilleusement. Faurecia est très bien implanté en Europe et en Amérique du Nord, tandis que tout le monde connaît Clarion au Japon. Si Nissan est le client principal de Clarion, Faurecia espère aussi renforcer sa présence chez Toyota, Honda ou Suzuki avec cette acquisition. L’enjeu est de taille : le marché du cockpit représentera 91 milliards de dollars d’ici 2030. Outre Faurecia, Hyundai, Samsung, Calsonic Kansei, Visteon, Harman, Continental présentent déjà leurs propres solutions pour le cockpit de demain.

HITACHI POURSUIT SA MUE

Avec la vente de Clarion, le conglomérat Hitachi poursuit sa restructuration pour se concentrer sur l’infrastructure et l’automatisation. Selon la presse japonaise il compte céder bientôt sa branche chimie au plus offrant. Et ce n’est qu’un début : fort (ou plutôt faible) de 900 entreprises, il n’en comptera plus que 500 dans quelques années estime son pd-g Toshiaki Higashihara. Conglomérat longtemps en crise, symbole d’une industrie manufacturière japonaise trop dispersée pour être leader dans aucun secteur (à l’inverse d’un GE ou d’un Philips par exemple), Hitachi semble désormais sur la voie du rétablissement. Son président Hiroaki Nakanishi a mis la gouvernance de groupe au niveau de ses concurrents étrangers en quelques années. Il dirige aujourd’hui le la fédération patronale Keidanren.

JAPAN DISPLAY, NOUVEAU PARTENAIRE DE FAURECIA

Les visiteurs de l’édition 2019 du Consumer Electronics Show de Las Vegas, Mecque de l’innovation électronique, ont pu admirer une création commune de Faurecia et du fabricant d’écrans nippon Japan Display (JDI) : un écran de 82 centimètres de diagonale intégré à une planche de bord modulable en fonction de l’usage de la voiture. « En mode conduite, l’écran sert à afficher les informations routières ainsi que les messages de sécurité. En mode autonome, il se transforme en grand écran de divertissement », ont expliqué les deux partenaires dans un communiqué de presse. Faurecia et JDI mettent au point les écrans embarqués de demain.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin