Peugeot Citroën, place à la qualité

Peugeot Citroën, place à la qualité

GROUPE FRANÇAIS TAILLE SA ROUTE AU JAPON

SHOW

Jean-Philippe Imparato fait le show ce 20 mars. Le directeur de la marque Peugeot fait assaut de toute sa faconde pour convaincre la presse automobile de l’Archipel des vertus de la nouvelle Peugeot 508. Il n’a pas à beaucoup se forcer. Les journalistes du secteur, tirés à quatre épingles, connaissent les moindres rouages des automobiles de la marque au Lion. La conférence de presse devient une discussion entre connaisseurs, où on discute véhicule autonome, véhicule électrique, pollution... mais surtout plaisir de conduire.

Peugeot Citroën a passé un tournant au Japon. Il y a quelques années, le groupe semblait stagner. La question de sa présence sur ce marché coûteux, trusté par les marques intérieures et quelques constructeurs allemands, se posait au moins pour Citroën. « Citroën aurait pu fermer. C’est le choix qu’a fait Ford » reconnaît Christophe Prévost, directeur général de Peugeot Citroën Japon, dans ses élégants bureaux du quartier branché de Gakugei-Daigaku. Aujourd’hui le groupe est sorti de l’ornière. « Les ventes de Peugeot Citroën ont doublé en quatre ans, à 16.000 véhicules », explique Christophe Prévost. La progression la plus impressionnante est peut-être justement celle de Citroën, qui a renoué avec son image d’innovateur sans freins. « Les ventes de la C3 ont représenté le double de nos prévisions », se félicite-on chez Citroën.

REMONTÉE

Tout le monde le reconnaît : les Allemands ont, comme dans les autres pays, spectaculairement réussi à occuper le marché haut de gamme japonais. « Mercedes et BMW vendent au Japon davantage que Lexus, la marque haut de gamme de Toyota. Chapeau ! », reconnaît un professionnel français du secteur. En 2018, selon les chiffres de l’association professionnelle JAIA, l’Allemagne a vendu 220.000 voitures au Japon, quand la France en vendait 20.000. Parmi ces dernières, Peugeot Citroën se taille la part du… Lion. Discrètement, sans campagne de presse tapageuse, avec le « produit » pour principal argument de vente, Peugeot Citroën construit patiemment son image de marque auprès des Japonais. « Il faut que les clients aient une raison de rester chez nous. C’est pourquoi nous sommes en train de bâtir une image de qualité », explique Christophe Prévost. Les coûts de commercialisation dans l’Archipel (contrôles minutieux sur chaque véhicule, coût du transport) ont conduit le groupe à se positionner sur le haut de gamme, sans courir après les volumes. Les voitures s’imposent déjà dans la rue japonaise par leur design audacieux. Le constructeur a aussi beaucoup travaillé sur l’accueil du client chez les concessionnaires. « Il faut écouter les clients, pas les pousser à acheter », explique Christophe Prévost. Résultat : une clientèle rajeunie (l’âge moyen est passé de 51 à 42 ans), féminisée… et qui devient de plus en plus fidèle. Il y a quatre ans, les repeaters représentaient seulement 17% des clients. Aujourd’hui ils sont près de la moitié. 

Peugeot Citroën, place à la qualité

Peugeot Citroën, place à la qualité

GROUPE FRANÇAIS TAILLE SA ROUTE AU JAPON

SHOW

Jean-Philippe Imparato fait le show ce 20 mars. Le directeur de la marque Peugeot fait assaut de toute sa faconde pour convaincre la presse automobile de l’Archipel des vertus de la nouvelle Peugeot 508. Il n’a pas à beaucoup se forcer. Les journalistes du secteur, tirés à quatre épingles, connaissent les moindres rouages des automobiles de la marque au Lion. La conférence de presse devient une discussion entre connaisseurs, où on discute véhicule autonome, véhicule électrique, pollution... mais surtout plaisir de conduire.

Peugeot Citroën a passé un tournant au Japon. Il y a quelques années, le groupe semblait stagner. La question de sa présence sur ce marché coûteux, trusté par les marques intérieures et quelques constructeurs allemands, se posait au moins pour Citroën. « Citroën aurait pu fermer. C’est le choix qu’a fait Ford » reconnaît Christophe Prévost, directeur général de Peugeot Citroën Japon, dans ses élégants bureaux du quartier branché de Gakugei-Daigaku. Aujourd’hui le groupe est sorti de l’ornière. « Les ventes de Peugeot Citroën ont doublé en quatre ans, à 16.000 véhicules », explique Christophe Prévost. La progression la plus impressionnante est peut-être justement celle de Citroën, qui a renoué avec son image d’innovateur sans freins. « Les ventes de la C3 ont représenté le double de nos prévisions », se félicite-on chez Citroën.

REMONTÉE

Tout le monde le reconnaît : les Allemands ont, comme dans les autres pays, spectaculairement réussi à occuper le marché haut de gamme japonais. « Mercedes et BMW vendent au Japon davantage que Lexus, la marque haut de gamme de Toyota. Chapeau ! », reconnaît un professionnel français du secteur. En 2018, selon les chiffres de l’association professionnelle JAIA, l’Allemagne a vendu 220.000 voitures au Japon, quand la France en vendait 20.000. Parmi ces dernières, Peugeot Citroën se taille la part du… Lion. Discrètement, sans campagne de presse tapageuse, avec le « produit » pour principal argument de vente, Peugeot Citroën construit patiemment son image de marque auprès des Japonais. « Il faut que les clients aient une raison de rester chez nous. C’est pourquoi nous sommes en train de bâtir une image de qualité », explique Christophe Prévost. Les coûts de commercialisation dans l’Archipel (contrôles minutieux sur chaque véhicule, coût du transport) ont conduit le groupe à se positionner sur le haut de gamme, sans courir après les volumes. Les voitures s’imposent déjà dans la rue japonaise par leur design audacieux. Le constructeur a aussi beaucoup travaillé sur l’accueil du client chez les concessionnaires. « Il faut écouter les clients, pas les pousser à acheter », explique Christophe Prévost. Résultat : une clientèle rajeunie (l’âge moyen est passé de 51 à 42 ans), féminisée… et qui devient de plus en plus fidèle. Il y a quatre ans, les repeaters représentaient seulement 17% des clients. Aujourd’hui ils sont près de la moitié. 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin